vendredi 11 août 2017

Wiliborsus Simplex

Il est beau comme un champion
Il a gagné la Foire de Libramont
Vive le minisse président wallon.

Après le René Collin, voici un autre burger bien wallon: Le Willy Borsus! pour soutenir nos agriculteurs, il est essentiellement réalisé avec des produits locaux. J'ai juste utilisé du millet importé de Hongrie, mais les purisses pourront le remplacer par de l'avoine ou du maïs par exemple.

Ah oui, et il est rouge, oups.



Pour 15 petits burgers
  • 489g de betterave rouge
  • 1 gros oignon
  • 257g de flocons de millet
  • 12 feuilles de sauge + 15 pour faire joli
  • 6 càs de graines de chia (..qui est une variété de sauge, eh oui)
  • 2 càs de graines de moutarde
  • 1 càs de graines de nigelle (facultatif)
  • 1 càc de piment
  • 2 càs d'huile de tournesol ou d'olive
  • 1 càs de vinaigre de cidre
  • sel marin
Préparation
  1. mixer les betteraves rouges avec 12 feuilles de sauge
  2. hacher l'oignon
  3. mélanger le coulis de betterave avec l'oignon haché, le millet, les graines, le piment, du sel, l'huile et le vinaigre
  4. laisser reposer la pâte plusieurs heures, idéalement toute la nuit
  5. après une nuit, goûter et rectifier l'assaisonnement (ajouter du piment de l'huile, et surtout autant de sel que nécessaire)
  6. Pour former les galettes, procéder comme pour des boulettes: mouillez-vous les mains et façonnez des petites boulettes. Attation la pâte est fort molle.
  7. Placer en quelques unes dans une poele avec un filet d'huile d'olive, chauffée à feu moyen;
  8. Applatir chaque boule de pâte et placer une feuille de sauge sur chacune pour faire joli
  9. Attention: ne pas trop serrer les burgers dans la poele, sinon c'est pénible pour les retourner. Il vaut mieux les cuire en plusieurs fois.
  10. Diminuer le feu pour laisser cuire lentement  - envirron 5 minutes de chaque côté
  11. Servir sur du pain avec plein de salade - feuilles de moutarde, roquette, etc, et un peu de véganaise.
Remarque

La pâte est très souple et donc plus diffilcile à manipuler que d'autres pâtes à burger: c'est à cause des graines de chia et de moutarde (par contre, une fois cuit, ça colle bien). L'intérêt c'est qu'on aura un burger très onctueux et léger - à l'image du gouvernement wallon. Bref, c'est idéal pour manger dans un petit pain.


jeudi 10 août 2017

Soupe crémeuse à l'oignon et à la sauge


Voici encore une recette on ne peut plus simple. Excellent avec de beaux oignons blancs bien frais et goûtus.



Pour deux ou trois portions

  • 1 gros oignon frais
  • 1 tête d'ail (...qu'est-ce que l'amitié, finalement?)
  • 15 feuilles de sauge
  • 2 càs d'huile d'olive
  • 2 càs de purée d'amandes
  • 1 verre d'eau ou de lait de soja



Préparation
  1. Éplucher l'oignon et le couper en gros morceaux
  2. Placer la l'oignon et la tête d'ail dans un plat, avec les feuilles de sauge en dessous et entre les morceaux d'oignon
  3. Arroser généreusement d'huile d'olive
  4. Faire cuire au four à 180 degrés pendant 15 à vingt minutes
  5. Quand les légumes sont bien cuits, éplucher l'ail et tout placer dans un blender avec la purée d'amandes
  6. Mixer consciencieusement 
  7. Ajouter l'eau ou le lait à la fin - afin que ça devienne plus liquide et moins chaud



mercredi 9 août 2017

Nice cream bien sage

Les nice cream, c'est simple et super bon. Ça change la vie des gens comme moi qui veulent faire des glaces maison, mais n'ont pas de sorbetière... La seule difficulté c'est de laisser les bananes juste assez longtemps dans le congélo, mais surtout pas trop, sinon elles deviennent trop dures et impossibles à mixer. Ça prend plus ou moins 4 heures, mais ça dépend vraiment de votre congélateur...



Pour deux portions
  • 2 bananes super mûres
  • 2 càs de purée d'amandes blanches
  • 20 feuilles de sauge
  • 1 càc de vanille en poudre

Préparation
  1. Éplucher entièrement les bananes et les placer dans un sac congélation
  2. Congeler les bananes pendant quelques heures (elles doivent être un peu congelées mais pas 100%)
  3. Laver et déchirer les feuilles de sauge
  4. Sortir les bananes du congélateur et les couper en rondelles (en principe, elles sont un peu dures mais pas trop)
  5. Placer les bananes, la sauge et la purée d'amandes dans un blender, et mixer.

Aïsti à la sauge

N'écoutez pas les mauvaises langues: c'est l'été. Oui, L'ÉTÉ. Il va peut-être même faire 20 degrés un jour de la semaine prochaine. Cette boisson rafraichissante devrait vous aider à supporter le choc thermique.

En effet, l'aïsti (ou aïstè) est une spécialité wallonne très raffraichissante, idéale pour l'été. Il s'agit d'une infusion de thé ou d'herbes, sucrée, refroidie et servie fraîche ou de préférence simplement tempérée.



Pour une bouteille
  • 75 cl d'eau
  • 2 brins de menthe
  • 2 feuilles de sauge
  • 2 cuillères à soupe de sucre de canne

Préparation
  1. Faire infuser les feuilles dans l'eau chaude, ajouter le sucre aussi tant que c'est chaud
  2. Laisser les feuilles toute la journée dans l'eau, couvrir, et laisser refroidir toute la journée
  3. Filtrer et mettre en bouteille - ou servir directement dans des verres
  4. C'est meilleur tempéré que conservé au frigo -mieux vaut en faire une petite quantité à la fois.

lundi 7 août 2017

Sauce Scandale


Lorsque j'ai goûté ce prototype pour la première fois j'ai immédiatement décidé de le baptiser SCANDALE tellement c'était scandaleusement bon. En plus, sa couleur riche nous rappelle le bon vieux parti socialiste.

Idéal comme trempette à l'apéritif, ou sur un carpaccio de courgette, ou encore pour agrémenter un bouddha bowl.



Pour 2 portions
  • 200g de betterave rouge cuite
  • 20 feuilles de sauge
  • 1 càs de purée d'amandes
  • 1cm2 d'écorce de citron
  • poivre noir
  • sel

Préparation
  1. Bien mixer tous les ingrédients ensemble
  2. Servir avec du pain, avec des crudités ou encore, comme sur la photo, dans des verrines avec des lamelles de courgettes et du millet.

mercredi 2 août 2017

Sauge qui peut!

Wallonie, 20 septembre 2019.

Voici six mois que le gouvernement Borsus a voté l'interdiction totale des cultures maraîchères sur l'ensemble du territoire wallon. Adieu poireau, mâche, chicons. Une exception, la pomme de terre, dont la distribution et la préparation sont toutefois rigoureusement contrôlées par l'APAQW, la cuisson par friture à l'huile de boeuf dans les baraques agréées demeurant la seule autorisée.

De Comines à Visé, des bars à soupe clandestins poussent comme des champignons, dans les caves glauques où des potages frelatés font les choux gras de la mafia fouronnaise.

 L'importation de céréales non destinées au bétail est également prohibée. Les personnes surprises à marauder dans les cultures fourragères et les champs de pommes de terre sont abattues sans sommation.

A Namur, capitale mondiale de la Wallonie, des membres de la Milice du Terroir, la nouvelle branche armée de l'APAQW, ont incendié la boutique VEGGI pour semer la terreur. Partout, des militants et militantes véganes, souvent dénoncées par un voisinage malveillant, sont envoyées en stage de réhabilitaiton sociale à la Maison du Terroir du Pays de Herve.

À La Hulpe, poussées par la peur et par la faim, marchant depuis parfois plusieurs jours, des hordes de végétariens et végétariennes s'apprêtent à traverser la forêt de Soignes vers le Nord, où, dit-on, des membres de EVA les acceuillent avec des panniers remplis de chicons et de navets. À Rixensart, tandis que les contrebandiers flamands traversent le lac de Genval avec des casseroles de stoemp cachées dans le faux plancher de leurs pédalos, les plus téméraires fuient à la nage la Terreur instaurée par Borsus Premier.

Hélas, les pauvres ne sont pas au bout de leurs peines, car Bruxelles aussi a faim. Finis les petits marchés bio: les derniers maraîchers du béwé ont disparu depuis longtemps - disparu littéralement. Les rayons des Delhaize sont quasi vides. Dans le centre ville, le chicon se vend à prix d'or - 7 euros pièce au marché des Tanneurs, quand il y en a. Seul le boerenkool importé des Pays-Bas est encore régulièrement disponible, quoi qu'en quantité modeste. 

Tant bien que mal, les Saint-Gillois-es, les Saint-Lambertien-nes, les Wolusanpetrusien-nes et toutes les autres se résignent à cultiver leurs propres légumes. La jardinnerie de Nos Pilifs est prise d'assaut; au bout de deux jours, les jardinniers du dimanche nouvellement promus se tournent à contre-coeur vers les bricos, qui a leur tour se vident en quelques jours. Les cols blancs retroussent leurs manches, mais n'ont pas la main verte: la récolte est maigre... Tomates-cerises, radis, un peu de salade à couper... Et bien sûr, la seule culture maîtrisée -non sans fierté- par le citadin lambda: les herbes aromatiques. 

Bref, les temps sont durs, il va falloir bouffer de la sauge à toutes les sauces. 



BRUXELLOISES, BRUXELLOIS, N'ATTENDEZ PAS QU'IL SOIT TROP TARD.

Toi aussi, initie-toi au jardinnage urbain pour survivre à tout scénario apocalyptique: pandémies, attaques de zombies ou gouverement wallon.