vendredi 26 février 2016

Limoncello au citron bergamote

Aujourd'hui je n'ai rien inventé, juste testé une recette ultra culte, et j'avais envie de partager ça avec vous:  j'ai fait du limoncello!!!! Oah, le bonheur à l'état citron.

Évidemment c'est une recette qui demande beaucoup de temps mais pas beaucoup d'ingrédients... Ingrédients à choisir avec grand soin quand même.

J'ai cherché de l'alcool pour fruits à 40%, comme celui que j'achetais dans les magasins Cactus et que j'utilisais pour mes mirabelles à l’époque où j'habitais en Lorraine, mais je n'en ai pas trouvé à Bruxelles. J'ai donc utilisé l'alcool que j'ai trouvé, à 96% (on en vend chez Colruyt. La caissière était quadrilingue et fort sympathique m'a dit "ahaaaah vous allez faire une goutte maison!")... Finalement, ce n'est pas plus mal d'utiliser un truc plus fort puisque d'après Wikipédia (je sais, je suis un puits de science, j'ai beaucoup lu), utiliser de l'alcool à 96% permet de mieux extraire l'essence présente dans le zeste. Évidemment, après, il faudra ajouter de l'EAU si vous voulez boire ce truc sans détruire tous vos neurones d'un coup. 


Pour deux petites bouteilles
  • 400ml alcool à 96%
  • 600ml d'eau
  • 5 à 6 beaux citrons bergamote bio avec une belle peau bien jaune
  • 300g de sucre de canne
Préparation
  1. bien nettoyer les citrons et les essuyer
  2. peler les citrons en séparant bien le blanc du jaune (rappelez-vous, vous faisiez ça quand vous étiez encore ovo-lacto)
  3. bref il faut juste le jaune, essayez de prendre le moins de blanc possible 
  4. placer les épluchures dans un bocal, recouvrir avec l'alcool, fermer le bocal et laisser macérer tranquillement pendant 10 jours
  5. les citrons pelés peuvent être conservés au frigo deux trois jours, dans un sac en plastique pour qu'ils ne sèchent pas trop
  6. après dix jours, faire fondre le sucre dans l'eau
  7. ouvrir le bocal et filtrer l'alcool au citron - normalement il est bien jaune
  8. jeter les peaux
  9. mélanger l'alcool avec l'eau sucrée et mettre en bouteille
  10. conserver dans le congèl' (normalement ça ne va pas se solidifier, y a assez d'alcool)
  11. le truc de pro qui en jette à mort c'est de conserver aussi les verres dans le congel avec les bouteilles
 





jeudi 25 février 2016

Tajine au citron confit

Un grand classique et pourtant je n'en avais plus fait depuis des années, allez savoir pourquoi...

La préparation est extrêmement simple:
  • prendre deux ou trois beau citrons bien frais (bio, comme d'habitude), 
  • les fendre à 80% dans le sens de la longueur, 
  • les placer dans un gros bocal avec 100g de sel blanc, recouvrir d'eau, bien fermer le bocal 
  • et laisser le bocal tranquille pendant 3 semaines.


Après trois semaines, le citron sera confit et prêt à manger - littéralement à toutes les sauces. Il se conservera au frigo quelques semaines.


Il vaut mieux utiliser du sel blanc. Avec du rose, ça fait un dépot dans le fond.

Pour le préparer, il faut bien le rincer (pour ôter l'excès de sel), et ensuite, on a l'embarras du choix: On peut par exemple le couper en tout petits bouts pour farcir des olives vertes (...à la main, une à une - après tout on ne vit qu'une fois), ou pour faire des dolmades, ou encore agrémenter un tabouleh, une soupe harira aux lentilles ou une salade de pois chiches. Les possibilités sont infinies: le citron confit se marie merveilleusement avec la plupart des spécialités méditerranéennes...

Le clou du pestacle, et c'est évidemment d'en mettre un ou deux gros morceaux dans un tajine.

Tajine potimarron - pois chiches - sésame

A priori n'importe quel tajine a besoin de citron, mais mon préféré de tous c'est le tajine aux olives vertes: chou fleur + olives vertes + coriandre fraîche, c'est le cocktail absolu pour associer au citron confit.

Pour deux personnes:
  • un petit chou fleur
  • deux petites pommes de terre fermes
  • 100 g d'olives vertes
  • un quartier ou deux de citron confit
  • 1 jus de citron
  • 5 cl huile d'olive
  • épices: ras el hanout, cumin, grains de coriandre moulus, une pincée de saffran
  • une grosse poignée de coriandre fraîche, ciselée
Chou fleur, olives, coriandre et pomme de terre


Préparation
  1. découper le chou fleur et les pommes de terres en petites bouchées et les disposer dans le tajine avec les olives et le citron confit
  2. mélanger les épices avec un peu d'eau, le jus de citron et l'huile d'olive, et verser dans le tajine
  3. bien mélanger et faire cuire au four (180 degrés, 30 à 40 minutes)
  4. ajouter la coriandre fraîche juste avant de servir
  5. servir avec un couscous aux raisins secs

mercredi 24 février 2016

Pasteis de nata

Eh oui, l'écorce de citron est l'un des ingrédients clef de la célèbre douceur portugaise...

Autre ingrédient clef de cette recette, le custard powder. Quelle bonne surprise j'ai eue en découvrant sur Wikipedia (je ne peux plus vivre sans) que l'indémodable Bird's Custard Powder a été mise au point par un certain Alfred Birds qui cherchait à créer un custard sans oeufs pour son épouse, qui était allergique aux oeufs! Bon, un mari comme ça, à la limite, je ne serais pas contre. Viens viens cuisiner pour moi mon petit Bird.

Une dernière info précieuse: pour celles et ceux qui habitent trop loin de chez Stonemanor, sachez que notre bonne vieille poudre Impérial est l'équivalent belge de la Bird's custard powder. Et enfin, pour celles et ceux qui préfèrent le bio, vous vous doutez déjà que quelques cuillères de fécule de maïs feront exactement l'affaire (ce sera juste moins jaune, sachant que l'autre ingrédient de la Bird's powder -comme de la poudre Impérial, c'est juste du colorant).



Pour 12 pasteis
  • 1 rouleau de pâte feuilletée
  • 300 ml de lait de soja
  • 50 g de sucre de canne (un peu plus si le lait de soja n'est pas sucré)
  • 3 cas de custard powder ou de poudre imperial ou de fécule de mais
  • 1 cas d'arrow root
  • 5 cm2 d'écorce de citron (en un seul gros morceau si possible)
  • 1 càc cannelle

Préparation
  1. étaler la pâte afin qu'elle soit un poil plus fine
  2. découper des ronds avec un cercle à dresser et les disposer dans un moule à muffin. A priori, un cercle basique et un moule à muffins basique, ce sera plus ou moins la bonne taille - ou alors c'est juste moi qui ai eu du bol
  3. délayer la custard powder et l'arrow root dans une partie du lait
  4. faire chauffer le reste du lait avec le reste ds ingrédients
  5. quand le sucre est fondu, ajouter le bol de lait avec la poudre délayée, porter à ébullition tout en mélangeant (vous avez probablement vu une grand-mère ou un chef scout faire de la crème vanille comme ça)
  6. retirer du feu, ôter le morceau de citron et disposer la crème dans les tartelettes; pas trop sinon ça va déborder en cuisant (remplir la tarte à moitié environ)
  7. faire cuire au four à 150 degrés, 15 à 20 minutes
  8. si vous avez un lance-flamme à crème brûlée, vous pouvez faire brunir le dessus pour faire plus portugais
là par exemple c'était un peu trop rempli

mardi 23 février 2016

Fiskbullar (utan fisk)

Toutes les autres recettes de cette semaine seront des grands classiques revisités (ou même pas revisités en fait), mais celle-ci est quand même une création originale. 

Ça faisait un moment que je pensais faire des boulettes un peu nordiques à base d'avoine. Si vous vous demandez ce qu'il y a de nordique dans cette recette, voici: pour la concevoir, j'ai pensé très fort à la Suède. Et aussi un peu à Asterix et les Normands.
 
A part ça, le résultat est plutôt néerlandais en fait: le truc, c'est que l'ingrédient clef est une algue que j'ai achatée aux Pays-Bas et que je n'ai pas trouvée ailleurs. Il s'agit de zeeuws bessenwier (Sargassum muticum pour les intimes latinistes - sargasse en français)... Pour celles-ceux que ça intéresse on en vend en ligne, par exemple ici. On peut faire sans ou utiliser d'autres algues ou herbes - mais le goût de la sargasse est vraiment spécial, ça vaut la peine d'essayer si vous avez l'occasion de vous en procurer.



En plus, au moment de faire la photo, j'ai pas pu remettre la main sur mes petits drapeaux suédois, alors j'ai pris un drapeau néerlandais.


Pour 20 boulettes
  • 200g de tofu fumé
  • 150g de flocons d'avoine
  • 1 gros oignon
  • 15 cl d'huile olive (voire plus, pour les Normands qui ignorent la peur)
  • 1 càc de vinaigre de cidre
  • 5 cm2 d'écorce de citron
  • Un filet de jus de citron (genre, 1/2 citron)
  • 2 càs de Zeeuws Bessenwier (à défaut, votre herbe ou algue favorite)
  • 1 càc de sel fumé (ou de sel marin normal)

Préparation
  1. Mixer le tofu et l'oignon (épluché)
  2. Mélanger tous les ingrédients dans un grand bol
  3. Passer un bref coup de mixeur plongeur si la pâte n'est pas assez homogène
  4. Faire refroidir la pâte au frigo quelques heures
  5. Façonner des boulettes de 4 à 5 cm de diamètre (les mains mouillées, ça va tout seul)
  6. Faire cuire au four, 20 minutes, à 180 degrés
  7. Servir avec une sauce à la crème comme dans Astérix et les Normands, (crème d'avoine de préférence) et une bière servie dans le crâne de votre ennemi.

lundi 22 février 2016

Lemon Curd

On trouve déjà plein de recettes de Lemon Curd sur le web, oui mais le mien il est aux châtaignes

Voici toute l'histoire: ça faisait un moment que je pensais très fort à essayer de faire du lemon curd, et c'est l'autre jour en vidant mon dernier pot de confiture de châtaignes que PAF, mais c'est bien sûr: voilà un truc qui donne la texture parfaite...

Bon je sais ce que vous allez dire, la saison des châtaignes et la saison des citrons c'est pas en même temps, du coup bon c'est un peu contre nature sur les bords... Le truc c'est que des châtaignes j'en ai ramassé plein l'année dernière et j'en ai congelé la moitié... Du coup cette recette tombe très bien et s'inscrit même assez bien dans l'opération "je vide mes placards".

Si vous n'avez pas de châtaignes dans le placard, vous pouvez en acheter sous vide ou déshydratées; au pire, vous pouvez faire sans, et ajouter plus d'arrow root... (Mais c'est vraiment mieux avec).



Pour un gros pot (ou deux petits)
  • 15 chataignes
  • 1 citron
  • 200 ml d'eau
  • 200 g de sucre canne
  • 3 càs d'arrow root
  • 4 a 5 càs d'huile de coco

Préparation
  1. Cuire et éplucher les châtaignes (conseil pour des châtaignes congelées entières: faire une entaille ou enlever toute la croute extérieure si elle vient facilement, les faire cuire 10 minutes dans de l'eau bouillante, ensuite les plonger dans l'eau froide et les éplucher complètement)
  2. Prélever 5 à 10 cm2 de zeste du citron, ensuite le presser
  3. Faire bouillir l'eau et le sucre avec les châtaignes. le zeste et le jus du citron et l'huile de coco
  4. Prélever l'écume éventuelle
  5. Laisser bouillonner 5 minutes et ajouter l'arrow root
  6. Laisser bouillonner encore 3 minutes tout en remuant
  7. Retirer du feu et passer au mixeur plongeur, il faut bien bien mixer
  8. Laisser refroidir quelques minutes avant de mettre en pot(s)

vendredi 19 février 2016

CITRONS

Oh ils sont là ! Mes précieux ! Tout l'été je me désespérais et enfin voici l'hiver, le noir, le froid, et LA SAISON DES CITRONS.

Figurez-vous qu'au départ je voulais faire une semaine "anti gaspi": genre "je fais des trucs avec mes fonds de placard"... Mais je soupçonne que mon placard ne soit pas représentatif du placard moyen, du coup si je me prends un délire fond de placard sous prétexte de faire une semaine anti gaspi et que vous vous retrouvez encore à acheter de l'ume su, du marmite, ou de la semoule de sarrasin complet, c'est ce qui s'appelle manquer sa cible. (On voit souvent des bouquins sur ce thème ces derniers temps : fonds de pacards, accomoder les restes... l'idée est chouette, mais j'ai un doute... Je pense d'ailleurs que les gens qui sont branchés restes et placards n'ont as besoin d'un livre...)

BREF Mes réflexions m'ont amenée à prendre une autre direction toujours dans le thème anti gaspi : utiliser un max de nos fruits et légumes : ne pas jeter les peaux, faire des trucs avec les feuilles... ...évidemment, mon petit doigt me dit que les personnes qui suivent ce genre de blog le font déjà depuis longtemps, mais peu importe : dans l'absolu ça ne nous empêche pas de chercher des idées et de partager des recettes.

Alors... Vous devez aussi savoir que pour moi, comme pour beaucoup, le citron c'est l'ingrédient magique: souvent un chouia de citron fait toute la différence dans un plat... J'en consomme énormément, genre 1 kg par semaine. C'est très MAL parce que non seulement je fais faire 2000 km en camion à ces pauvres fruits mais en plus... la majorité du temps, je ne fais que les presser... D'un citron de 200g, je jete 120gr de peau. 2000Km de camion pour 60% de déchet: c'est vraiment atroce quand on y pense.

Or on sait tous qu'on peut faire plein de bon trucs et que la peau est pleine de ressources, et qu'il suffit de râper ou peler la peau du citron avant de le couper pour le presser... Mais comment faire pour que ça devienne un réflexe ? Je me dis qu'en cherchant des idées et en développant des recettes à base de citrons entiers ou d'écorce de citron, ça me motivera.

Du coup, voici une semaine à thème « peau de citron », qui nous fera voyager, comme les citrons, à travers toute l'Europe...



Conseils d'achat

Évidemment il faut prendre des citrons dont la peau n'a pas été intoxiquée par les traitements de conservation conventionnels: Bio obligatoire.

Pour les Bruxellois: on trouve d'excellents citrons au marché des Tanneurs ou chez Be Positive (Jourdan); en saison (= février = MAINTENANT) on peut trouver des citrons bergamote (qui ont un chouette parfum sucré), notamment chez le maraîcher qui vient sur la Place St Julien le mardi et au Chant d'Oiseau le jeudi (Thierry Calonne, de Mazy), et parfois chez Be Positive...N'hésitez pas à partager vos tuyaux dans les commentaires!

vendredi 5 février 2016

HERVEGAN 2.0

J'avais déjà publié un premier prototype il y a trois ans. Celui-ci a une consistance plus naturelle que le premier prototype, bien qu'un peu trop crémeuse : bref, le prototype est encore perfectible, mais le goût et surtout l'odeur sont là!

Par contre ça va être pas simple à expliquer parce que j'ai intégré à la recette deux autres fromages végétaux, et il va falloir commencer par fabriquer ceux-là, ça prend un peu de temps...



Ingrédients pour deux ou trois cubes qui puent

première partie
  • 200g de noix de cajou
  • 1/2 citron
  • 1 càs de sel
deuxième partie
  • 400g de tofu soyeux
  • 10 cl de bière blonde
  • 80 g d'huile de coco
  • 80g de fécule de tapioca
  • 2 càs d'arrow root (facultatif)
  • 1 càc de sel
troisième partie
  • 150g de natto
  • 1 càc de tamari
  • 1 pointe de couteau de Marmite
Préparation

Première partie: fromage de cajou
  1. Faire tremper les noix de cajou 12 à 24 heures dans de l'eau
  2. Bien les égoutter et rincer
  3. Mixer les noix avec le jus du citron et une bonne pincée de sel
  4. Placer dans un bocal hermétique et et laisser fermenter à température ambiante - idéalement deux jours

Deuxième partie: fromage de tapioca à la bière
  1. Dans un poelon, faire fondre l'hiule de coco à feu moyen
  2. Y ajouter le tofu soyeux, mélanger
  3. Y verser le tapioca et l'arrow root, augmenter le feu, fouetter énergiquement
  4. Laisser blobloter deux trois minutes tout en mélangeant
  5. Ajouter la bière, saler
  6. Passer un coup de mixeur plongeur
Troisième partie: le HERVE!
  1. Dans un récipient haut, mélanger 150g de natto avec 1 càc de tamari
  2. Y ajouter 80 g de fromage de cajou et 80 g de fromage de tapioca, et un chouia de Marmite
  3. Mélanger avec une cuillère. Apprécier l'odeur et la texture (ça fait des FILS!!!) :D
  4. Mixer au mixeur Plongeur
  5. On peut le conserver dans un petit pot au frigo ou bien essayer de faire un cube (...un peu coulant)
  6. Pour obtenir un cube: disposer une petite feuille de papier cuisson dans un moule cubique de 7 cm de côté envirron (j'ai utilisé un cercle à dresser carré); le plus simple est de couper le papier en forme de croix (largeur de la croix= coté du cube - 2 mm)
  7. Verser la préparation dans le moule couvert de papier; en fait vous devriez pouvoir en faire au moins deux.
  8. Placer au réfrigérateur quelques heures voire plus
  9. Les deux autres fromages, vu qu'on a pas tout utilisé, conservez-les aussi au frigo. Vous pouvez aussi en faire une fondue

Servir

Sur une tartine grillée bien rustique avec une couche de sirop de Liège, et une Val Dieu...





jeudi 4 février 2016

Potée au chou de Jalhay

Après les bouquettes de ma Bonne-Maman, voici la potée de mon Bon-Papa...

Connaissez-vous le chou de Jalhay? Mon grand-père en avait dans son jardin. Quand on allait lui dire bonjour il faisait toujours sa mythique potée super rustique avec plein de patates et du jus. 

Le problème du chou de Jalhay c'est qu'il pousse essentiellement à Jalhay et dans la région. Au delà, il n'est pas très connu: mon maraîcher n'en avait jamais entendu parler quand je lui ai posé la question... Hélas donc, le chou de Jalhay est plutôt difficile à trouver - même dans la région de Verviers. A tel point  que j'ai du me résoudre, cette année encore, à manger du chou de Savoie à la place. Si quelqu'un connaît un producteur de chou de Jalhay ça m'intéresse - la saison n'est pas finie, j'ai encore de l'espoir. J'y crois j'y crois!



Pour 2 portions
  • 5 à 6 pommes de terre (charlotte, ou autre variété relativement ferme)
  • 1 oignon
  • une petite dizaine de feuilles de chou de jalay ou chou de Savoie ou de Milan
  • 2 càs d'huile de coco
  • 1 bonne pincee de sel
  • pour la garniture: 200 g de tofu fumé, quelques cuillères à soupe d'ume su

Préparation
La garniture
Si on vend des saucisses vegan près de chez vous (des un peu rustiques genre Field Roast), pourquoi pas, vous obtiendrez un effet visuel conforme au plat traditionnel. Sinon, des dés de tofu fumé feront très bien l'affaire. Personnellement, je préfère le tofu parce que je n'aime pas trop acheter des produits transformés. On peut également utiliser du seitan ou bien sûr manger la potée nature (ce que je vous recommande de faire la première fois que vous goûtez le chou de Jalhay si vous avez le bonheur d'en trouver).
Si vous optez pour le tofu, procédez comme suit:
  1. Prenez un bloc de tofu fumé (200g), coupez-le en cubes, et faites cuire les cubes à la vapeur 5 minutes
  2. Faites mariner les cubes dans 3 à 4 càs d'ume su, pendant un jour ou deux idéalement
La potée
  1. Peler les patates, les couper en deux et les faire cuire dans de l'eau salée
  2. Nettoyer les feuilles de chou et les couper grossièrement en morceaux, hacher l'oignon
  3. Faire fondre l'huile de coco dans une grande marmite, à feu doux
  4. Y déposer l'oignon et les feuilles de chou, couvrir
  5. Au bout de dix minutes, prendre les pommes de terre avec une louche et les déposer dans la grande marmite, avec un peu de leur eau de cuisson. (en fait j'ai préféré précuire les pdt à part de peur qu'il y ait trop d'amidon)
  6. Mélanger et casser grossièrement les pommes de terre
  7. Ajouter la garniture, un demi verre d'eau, une noix d'huile de coco, mélanger délicatement
  8. Couvrir et laisser mijoter encore cinq à dix minutes
  9. Rectifier l'assaisonnement avant de servir (sel, poivre)

...à l'arrière plan, la ferme de mes grands-parents

mercredi 3 février 2016

Tarte au riz

Voilà bien une douceur verviétoise qu'on ne présente plus - et surtout pas à moi, qui en ai dévoré toute mon enfance.

Tout comme pour les galettes des rois de l'autre jour, je me suis amusée à faire de mini tartes avec mon super moule à cupcakes (eh oui, j'ai acheté ce truc il y a pas longtemps). Bien sûr, vous pouvez faire une grande tarte - les quantités seront plus ou moins les mêmes.


Pour 12 mini tartes
  • 200g de pâte brisée vegan*
  • 80g de riz ( de type bomba ou arborio... en tout cas, prenez un petit gros genre collant et gonflant – oui ça vous rappelle ce pauvre brave garçon que vous avez repoussé au collège, sans cœur va: ah, la culpabilité vous ronge -c'est bien fait pour vous)
  • 500ml+ 300ml de lait d'amandes
  • 1/2 càs d'extrait d'amande (non sucré, ou alors utiliser moins de sucre)
  • 3 + 2 càs de sucre de canne
  • 1 pincée de vanille ou de cannelle
  • 3 cm2 d'écorce de citron (en une pièce de préférence)
  • 1 càs de fécule de maïs

Préparation
  1. Faire bouillir 400 ml de lait d'amandes, baisser le feu et y faire cuire le riz
  2. Il faut bien remuer et surveiller ; si ça devient trop épais, ajouter du lait
  3. Quand le riz est cuit, retirer la casserole du feu et ajouter encore 100ml de lait, remuer
  4. Ajouter 3 càs de sucre, la peau de citron, la vanille, remuer, laisser gonfler
  5. Si ce n'est pas déjà fait, étaler la pâte et découper de petits cercles de la bonne taille avec un emporte pièces ou un cercle à dresser, et poser les cercles de pâte dans le moule (alternativement > un seul grand rond dans un seul grand moule)
  6. Déposer une grosse cuillère de riz au lait dans chaque fond de tarte (quand vous tombez sur le bout de citron, virez-le)
  7. Enfourner à 180 degrés pour dix minutes
  8. Pendant ce temps, délayer  la fécule de maïs dans 100 ml de lait d'amandes, et faire chauffer le reste du lait (200 ml -c'est bien juste?); quand ça bout, couper le feu, verser le lait avec la fécule, le sucre, et laisser épaissir une minute ou deux tout en remuant bien pour obtenir une sorte de crème
  9. Quand les tartes sont à moitié cuites (après genre dix minutes dans le four), ajouter sur chacune deux ou trois cuillères de crème, et laisser cuire encore 10 à 15 minutes


Suggestions de présentation

  • Servir avec une tasse de café au lait pas trop fort aromatisé à la chicorée. 
  • Si vous en avez fait trop n'hésitez pas à la congeler. Mon grand-père d'ailleurs congelait et décongelait toujours plusieurs fois la tarte au riz avant de la servir - ce que je ne vous conseille pas nécessairement de  faire.
  • Si vous disposez d'un lance-flamme à crème brûlée (?), ça peut être utile pour obtenir une apparence plus fidèle aux tartes de mes souvenirs. (Moi je n'en ai pas, donc faites-le et racontez-moi, c'est gentil.)

* * *

(1) Si vous utilisez un rouleau de pâte brisée du commerce (la plupart du temps ils sont vegan) (même si ok, les trucs industriels c'est nul et on sait pas quelles crasses ils mettent dedans – au fait, attention: si vous faites la pâte vous-mêmes n' utilisez pas de la margarine du commerce : cela ne fait que déplacer le problème... L'huile de coco convient très bien par contre) ...Si vous utilisez un rouleau de pâte tout prêt, donc, moi en général quand je fais des mini tartes je l'étale un peu plus pour pas qu'il y ait proportionnellement trop de pâte, mais en l'occurence ce n'est pas nécessaire, vu ce qu'on va mettre dedans l'épaisseur de la première couche d'hydrates de carbonne n'est pas tellement importante.

mardi 2 février 2016

Bouquettes nature

Comme c'est la chandeleur, voici tout spécialement pour vous une recette de Noël. 


Alors attention EMOTION ceci est une recette héritée directement de ma grand-mère : il y a quelques années j'étais tombée par hasard sur une feuille où elle avait transcrit, avec sa jolie écriture toute soignée, sa recette de bouquettes. Passés les premiers moments d'intense émotion, quelle surprise, pour moi qui n'avais jamais fait de crêpes qu'avec du lait, comme je l'avais appris à l'école, de voir que la recette de ma grand mère n'en contenait pas. Eh non, au lieu de ça : de la bière ! ...Joie !
Et je vous assure que c'est bien cet ingrédient qui élève cette recette une année lumière au dessus de toutes les autres recettes de crêpes de l'histoire de l'humanité. D'ailleurs, ma grand-mère avait des vaches, c'est dire si elle aurait très bien pu faire des crêpe avec du lait : et c'est dire si la bière est meilleure.



Et pourquoi? Parce que la bière, c'est de la levure: non seulement elle fait lever la pâte mais en plus elle donne un parfum absolument extraordinnaire à nos crêpes.





Pour une dizaine de petites bouquettes
  • 150 g de farine de sarrasin
  • 80g de farine de froment
  • 1 pincée de sel
  • Quelques càs d'huile de coco (trois pour la pâte, une ou deux pour la cuisson)
  • 3 càs de sucre de canne
  • 33 cl de bière blonde
Préparation

  1. Mélanger les farines, le sel et le sucre dans un grand saladier
  2. Faire fondre l'huile de coco
  3. Verser l'huile et la bière dans le saladier, petit à petit, en mélangeant
  4. S'il y a des grumaux, passer un coup de mixeur dans la pâte, mais ne dites surtout pas à ma grand mère que je vous ai dit ça
  5. Laisser reposer une vingtaine de minutes avant de cuire les crêpes
  6. Servir chaud avec un bol de cidre
Variantes

J'ai un très lointain souvenir d'enfance de bouquettes où on mettait des raisins secs ou des tranches de pommes. Je ne sais plus si c'était à Noël ou au Nouvel an.