vendredi 16 février 2018

šaltibarščiai

Aujourd'hui, nous célébrons le nouvel an chinois, mais aussi et surtout le centenaire de la Lituanie!

On va attendre la saison des baies et des champignons pour faire une semaine à thème digne de ce nom, mais en attendant voici déjà une petite recette traditionnelle, une soupe froide de betteraves, toute simple et toute rose.


Pour deux portions
  • 200 g de betteraves cuites
  • 1 petit concombre, frais (l'été), ou en saumure (l'hiver)
  • 200 ml de lait de soja
  • 2 càs de vinaigre de cidre
  • Une poignée d'aneth frais
  • Une pincée de sel, et un chouia de carvi

Préparation
  • Verser le cidre dans le lait de soja pour le faire cailler
  • Mixer tous les ingrédients
  • Servir bien frais et décorer éventuellement avec un peu de ciboulette, voire un peu de tofu brouillé

Strangolapreti

Strangolaptreti signifie littéralement "étrangle-prêtre"... Quand j'ai découvert l'existence d'un plat au nom si poétique, je ne pouvais pas ne pas en tester la recette! D'ailleurs c'est le carnaval, si on ne peut pas être un peu iconoclastes cette semaine, quand le sera-t-on?



Bref, voici un plat très étouffe-chrétien et adorablement simple à base de vieux pain et d'épinards (...voilà encore un chouette adjectif qu'on devrait utiliser plus souvent). C'est comme des gnocchi mais à base de pain, donc comme des semmelknödel, si vous préférez.

C'est un petit peu long à réaliser mais en dehors de ça, la principale difficulté c'est de faire attention à ne surtout pas mettre trop de lait pour réhydrater le pain, sans quoi on se retrouve avec une pâte trop molle, à laquelle on doit ajouter plein de farine pour compenser, du coup non seulement c'est un peu moins bon (car il y a proportionnellement moins d'épinards et on ne les goûte plus), mais surtout, on rate l'objectif anti gaspi, puisqu'on aura utilisé proportionnellement moins de pain, alors que le but était de s'en débarasser, et qu'en plus on va se retrouver avec une quantité plus grande que prévu: ça c'est malin!

Pour éviter d'utiliser trop de lait, donc, le mieux est de prendre du pain découpé en fins morceaux. D'autre part, j'ai utilisé des épinards surgelés -je sais c'est mal mais je suis une fainéante- et en laissant dégeler ensemble les épinards et les bouts de pain, j'ai pu utiliser un peu moins de lait.

Pour deux portions
  • 100 à 150 g de pain en petits morceaux
  • 200g d'épinards (ici : congelés)
  • 10 cl lait de soja
  • quelques càs de farine
  • 1 gousse d'ail rapé (très important)
  • une petite pincée de noix muscade rapée (surtout pas trop)
  • 2 à 4 cl huile olive
  • sauge
  • pour servir: quelques càs de parmesamande (= 90% amandes en poudre, 9% levure maltée, 1% sel)
Préparation
  1. Faire tremper pain dans lait soja
  2. Y ajouter les épinards
  3. Mixer le tout dans un hachoir (ou l'écraser à la fourchette)
  4. Assaisonner et ajouter un peu de farine (le moins possible, pour bien faire)
  5. Façonner des gnocchi
  6. Les faire cuire dans del' eau bouillante (au bout de quelques minutes, ils remontent à la surface: c'est cuit)
  7. Les faire sauter à la poele dans plein d'huile d'olive avec une ou deux feuilles de sauge
  8. Servir avec l'huile et un peu de parmesamande. Excellent avec un vin blanc sec.

Pour les gens qui évitent le gluten: vous savez certainement déjà qu'on paut faire ce genre de plats avec un reste de pommes de terre ou un reste de polenta.

jeudi 15 février 2018

Salmorejo

Le salmorejo est un proche cousin du gazpacho, de l'ajoblanco et de la porra antequerana. En bref, c'est comme un gazpacho mais beaucoup plus épais: il ne se boit donc pas, mais se déguste à la cuillère, voire sur du pain. La base du salmorejo, tout comme pour le gazpacho, l'ajoblanco et la porra, c'est du pain, de l'huile d'olive et de l'ail, les trois ténors de la cuisine andalouse. 

Comme ça se sert bien froid, c'est une recette idéale pour utiliser un reste de pain congelé. Elle convient également très bien pour utiliser un vieux pain que vous auriez par mégarde laissé durcir sans le couper en morceaux - le temps de trempage sera juste un peu plus long.

Je suis personnellement une toute grande fan de salmorejo, c'est une des recettes que je fais le plus souvent. C'est super rafraichissant quand il fait chaud, et même quand il fait froid. C'est excellent à l'apéritif, en entrée, comme quatre heures en rentrant du boulot, pour les brunches du week end, et même au petit déjeuner. Quand c'est pour le matin, toutefois, je le fais sans ail.


Pour deux portions
  • 50 à 100 g de pain 
  • 400g chair de tomate
  • ail (si comme moi vous détestez l'ail cru, prenez de l'ail roti ou confit)
  • une petite dose de piment
  • plein d'huile d'olive
  • un larme de vinaigre de vin rouge
Préparation
  1. Faire tremper le pain dans la chair de tomate et le vinaigre
  2. Quand le pain est tout à fait ramolli, le mixer avec tous les autres ingrédients
  3. Garnir avec du tofu brouillé  et servir avec une bonne tranche de pain
  4. Servir bien froid.


mercredi 14 février 2018

Fattouche du jardin

Fattouche, ça rime avec pas touche, parce que le jour où vous vous en amenez au boulot tous vos collègues vont vouloir vous le piquer.

Je me suis cassé le pèt' à sculpter un coeur dans une tomate.

BREF. Le fattouche, c'est une salade libanaise pleine de bons gros croutons juteux - des croutons  plats puisque faits avec du pain libanais.

Eh oui, je suis une grande adepte du pain libanais; c'est l'un des derniers brols que je consomme encore en conventionnel. Je les achète par trois ou quatre (pour économiser dix centimes) et ensuite je les congéle, comme ça j'en ai toujours sous la main pour improviser une flammekueche ou même un fond de pizza (je sais, c'est décadent).

Dimanche dernier justement j'avais des invités et j'avais décongelé trois quatre pains libanais (je les mets deux minutes dans le four - ça reste mou et c'est parfait pour accompagner un foul ou un tajine)... A la fin, on n'avait pas tout mangé, il me restait donc un pain libanais décongelé et tout sec. Comme j'avais justement aussi acheté plein de persil et de menthe (faut pas me laisser aller seule chez Freshmed), j'ai eu l'idée de me faire un petit tabouleh amélioré pour mon lunch du lendemain (et pour une fois utiliser du pain libanais pour faire un plat libanais.) C'est seulement là que je me suis rappelé que je faisais justement une semaine vieux pain cette semaine et que ce serait pas mal d'intégrer le fattouche dans l'agenda des publications! Comment n'y avais-je pas pensé plus tôt!


Alors, si pour la base du fattouche on utilise souvent des tomates, concombres, persil plat, rappelez-vous le but du jeu cette semaine c'est de pour se simplifier la vie et de gaspiller moins, en utilisant ce qu'on a sous la main - dans le jardin ou dans le frigo.  Personnellement, j'ai pris du pourpier et de la mizuna qui survivent bravement sur le balcon, ainsi que du persil plat et de la menthe, et une petite tomate acquise dans un monent d'égarement.

Pour deux chouettes portions


Pour les croutons:
  • 1 pain libanais 
  • huile d'olive 
  • sel
Pour la salade:
  • Assortiment de crudités (a priori laitue-tomates-concombre, et/ou ce que vous avez de disponible: pourpier d'hiver, radis en tranches, laitue iceberg, persil plat, ...)
  • 1 poignée de menthe ciselée
  • 1 jus de citron
  • quelques càs d'huile d'olive
  • 1 pincée de sumac (si vous n'en avez pas, et même si vous en avez, prenez un peu d'écorce de citron rapée)
  • sel, chili
  • le plus pour faire classe: quelques graines de sésames toastées (facultatif)
Préparation
  1. Déchirer ou casser le pain en petits morceaux de quelques cm de côté, les badigeonner d'huile et les faire dorer au four quelques minutes. Vous pouvez également les frire si vous avez une friteuse.
  2. Nettoyer et couper les crudités et la menthe
  3. Assaisonner avec le jus de citron, l'huile d'olive et tous les aromates
  4. Ne mettre les croutons qu'au tout dernier moment, pour qu'ils restent bien croquants

mardi 13 février 2018

Les boulettes de Mami

Voici une recette bien rustique et qui me vient en droite ligne de mon enfance, puisque quand j'étais petite, ma maman faisait souvent des boulettes artisanales. La toute première étape du processus: faire tremper une ou deux tranches de pain dans du lait. La suite, j'ai oublié.

Mais je me rappelle qu'au moment de les manger, je trouvais toujours immensément cool de reconnaître un bout de croûte de pain dans ma boulette. Comme quoi, savoir ce qu'il y a dans qu'on mange, c'est toujours rassurant. Comme je le disais l'autre jour, c'est d'ailleurs un des grand avantages quand on est végétarien-ne et qu'on prépare ses boulettes et burgers soi-même.

Dernier détail: pour les personnes qui évitent le gluten et qui ont justement un reste de riz sous la main, allez-y en remplaçant le pain par le riz!


Pour trois à quatre portions
  • deux ou trois tranches de pain
  • un demi verre de lait de soja
  • 200g de tofu fumé,
  • 50g de protéines de soja texturé réhydratées dans du bouillon avec un peu de tamari
  • 1 oignon haché finement
  • 2 à 5 gousses d'ail écrasées (facultatif)
  • 1 càc de marjolaine
  • 1 pincée de cumin
  • 1 pincée de piment, 1 pincée de sel
  • Huile pour la cuisson
Préparation
  1. Réhydrater le pain dans le lait et le déchirer en petits morceaux (attention de ne pas mettre trop de lait
  2. Réhydrater les pst dans le bouillon additionné d'un peu de tamari
  3. Mixer le tofu fumé
  4. Quand le pain et les pst sont réhydratées, mélanger tous les ingrédients: tofu mixé, pst, pain, oignon haché, ail, condiments
  5. Bien mélanger, rectifier si nécessaire l'assaisonnement et la consistance (au pire, si c'est trop mou, vous pourrez ajouter un peu de farine ou de maïzena)
  6. Laisser reposer la pâte au frigo une heure ou deux
  7. Pour façonner les boulettes: mouillez-vous bien les mains pour que ça ne colle pas, et formez des boulettes de 5 ou six cm de diamètre, légèrement applaties
  8. Les cuire à la poele dans de l'huile, à feu moyen
Servir 

... avec une bonne bière, des frites et votre sauce préférée, par exemple de la compote de pomme, ou une sauce tomate avec des échalotes et du thym, ou un bon vieux gravy aux oignons, ou encore la cultissime sauce lapin.

1. Réhydrater le pain dans le lait

4. Tous les ingrédients: tofu mixé, pst, pain, oignon haché, ail, condiments



lundi 12 février 2018

Les vieux croûtons

Qu'est-ce qui transforme une soupe ordinaire en repas de fête à se rouler par terre et qui vous rappellera mes vacances en Italie? Des croûtons. Pas les minuscules cubes tout secs qu'on achète au supermarché, non, je parle de vrais croûtons, énormes, abondants, et gorgés d'huile d'olive: en deux mots, littéralement succulents.


Quand je fais une fondue savpyarde et qu'il y a trop de pain - et il y a systématiquement trop de pain - je tape les cubes qui restent au congélateur par petits paquets, ce qui me pemet d'avoir en quasi permanence de gros cubes de pains qui ne demandent qu'à être croutonnés: c'est pratique, parce qu'ils ont déjà pile le bon format.

Quant à la soupe (parce qu'il faut quand même bien mettre un truc en dessous des croûtons), si jamais vous avez la chance de trouver du chou noir de Toscane (ou d'en cultiver dans votre jardin!), rien de tel qu'une soupe toute simple avec juste le chou et des pois chiches (en préparant des soupes très minimalistes, avec juste deux ingrédients principaux, ils sont d'autant mieux mis en valeur).



Pour deux portions de croûtons
  • 2 poignées de gros cubes de pain (2 à 3 cm de côté)
  • 2 à 3 càs d'huile d'olive
  • un peu de sel
  • éventuellement: 1 gousse d'ail, de l'origan, et d'autres herbes séchées selon vos goûts

Pour la soupe:
  • Quelques branches de chou noir de Toscane ou de chou fermier (également appelé kale)
  • 150 g de pois chiches cuits
  • 0.6 L de bouillon de légumes (pas trop salé)

Préparation
  1. Mélanger l'huile avec le sel et les aromates éventuels, y rouler généreusement les cubes de pain, et les faire dorer au four 3 à 5 minutes
  2. Pour la soupe: nettoyer le chou et le couper en petits morceaux
  3. Le cuire à l'étouffée dans un fond de bouillon
  4. Quand le chou est cuit (au bout de quelques minutes), ajouter les pois chiches, et finalement le reste du bouillon
  5. Servir de généreuses portions pleines de croutons, avec un bon vin rouge téméraire

samedi 3 février 2018

Les vegans mangent des trucs chimiques


Grâce aux interventions désintéressées d'éleveurs courageux (heureusement qu'on ne donne jamais la parole aux éleveurs, qu'est-ce que ce serait si on la leur donnait), toute la lumière a été faite sur un phénomène INQUIÉTANT: les VEGANS MANGENT DES SUBSTANCES CHIMIQUES. H2O, NaCl, tout y passe.

Il est désormais bien connu que contrairement aux omnivores qui se nourrissent de bons beefsteaks naturels (sans antibiotiques ni rien), les vegans sont obligés de manger des CHOSES CHIMIQUES bizarres et transformées.

La dernière en date: une pâte fermentée à base de céréales en poudre, de levure, de monoxyde de dihydrogène et de chlorure de sodium (bonjour les produits chimiques!!!), qu'on fait fermenter et ensuite cuire à plus de cent degrés (!) Pas très naturel tout ça hein les bobovegan.


...Bref, j'ai eu l'idée de faire une semaine à thème pain, ou plus exactement recyclage de vieux pain. Je sais que j'ai parfois tendance à utiliser des ingrédients un peu sophistiqués (...difficiles à trouver, voire un peu chers), alors comme c'est le carême pour les chrétiens, je me suis dit que c'était l'occasion, pour changer de mes habitudes, de revisiter quelques recettes un peu plus humbles et surtout anti gaspi.

Ce qui est fascinant avec les recettes à base de pain sec, c'est qu'on en trouve dans toute l'Europe, et qu'elles sont le plus souvent à la fois cheap, délicieuses et adorées de toustes: bref, des grands classiques de la comfort food. Il y en a déjà deux trois  sur ce blog: le cultissime pain perdu, évidemment, le bon vieux boudin, l'ajoblanco (succulente spécialité andalouse), ou encore le welsh (une spécialité chti et un de mes plats préférés!)... Découvrons en plein d'autres toute la semaine prochaine lors de notre prochaine

GRRRANDE SEMAINE A THÈME!!!